2Nathalie Diebold :

Artiste, enseignante et directrice artistique de l’association, Nathalie travaille avec Mayeba  sur Aix en Provence depuis sa création en 2000.

Ayant d’abord étudié la musique au conservatoire et à la faculté, le piano, le saxophone, les percussions et titulaire d’une maitrise en musicologie,  elle a rédigé un mémoire sur les danses et musiques orientales.

En parallèle de ses études musicales, Nathalie découvre la danse orientale en 1996.  Quelques temps après, elle décide de suivre des cours réguliers auprès des maitres en région PACA (Karima, Sigalite, Marila Erevane,) et divers stages en France et à l’international (Beata et Horacio Cifuentes, Bozenka, Amani, Hossam et Serena Ramzy, Saida et Yamil, Jellina, Raqia Hassan, Yousry sharif, Nour, Leila Jouvana, Zaza Hassane, Mayodi, Fatima Chekkor, Leila Jouvana, Simona Jovic, Melisdjane, …).

Cet art ne cesse de l’inspirer et est devenue une grande passion qu’elle partage aujourd’hui avec ses élèves et le public.  Toujours en quête de nouveauté pour alimenter sa créativité, elle se forme en permanence  avec les plus grands danseurs orientaux encore aujourd’hui dans les festivals internationaux.

Nathalie a crée la compagnie Al Sharkiat  en 2005. Compagnie composée de plusieurs danseuses et qui se produisent en spectacle pour diverses manifestations culturelles (festivals, soirées etc…)

D’origine libanaise coté paternel, c’est la danse qui va lui servir de tremplin pour se rapprocher de la culture du Moyen orient et lui permettre de renouer, d’une certaine manière, avec ses racines si lointaines et proches à la fois.



2007-06 mayeba (31)Elisabeth Toinon :

Fondatrice de l’association MAYEBA (contraction entre Maïté et Babeth) de danses orientales créée avec Maïté  sur Aix en Provence en 2000, j’enseigne la danse orientale depuis 25 ans avec passion…passion très contagieuse!

J’ai découvert la danse orientale il y a 30 ans à Paris….un coup de foudre extraordinaire avec la révélation d’une reliance entre  mes études universitaires en Lettres Classiques (maitrise sur « les Fées et les structures matriarcales dans le récit Arthurien« ) , et mon éducation musicale au conservatoire où j’ai étudié le piano pendant de longues années et mon milieu familial où avec mon père dirigeant des chorales, j’ai commencé à chanter à 6 ans en  grégorien! Ayant étudié en parallèle des Lettres Classiques,  l’arabe littéral à l’Institut national des langues et civilisations orientales à Paris, je me suis découvert un intérêt profond pour cette langue et cette culture;

De plus,  participant au sein d’une association à l’alphabétisation au cœur de la cité de transit de Nanterre auprès d’enfants et de jeunes, tous d’origine algérienne, j’ai été initiée à la danse et j’ai découvert la musique arabe…deuxième coup de foudre! Parallèlement, j’ai toujours été convaincue que chaque femme porte en elle une part de divinité,et  qu’elle est privilégiée pour être reliée à Dame Nature, enracinée au sol et la tête dans les étoiles La danse orientale est le prolongement de ma  passion pour l’Egypte, tant ancienne que moderne,  la langue et la culture  arabes. C’est ainsi que je  pratique la danse orientale  depuis trente ans, en l’ayant étudiée avec de nombreux enseignants: Zaza, Leïla Haddad, Othilie, Marouschka, Wendy Buenaventura, Ketty,  Hossam et Serena Ramzy, Beata et Horacio Cifuentes, Amani, Karima, Sigalite, Marila Erevane, etc… à Paris, en Egypte et en région PACA….

L’association MAYEBA qui réunit plus d’une centaine d’élèves rayonne à travers tout le pays aixois….et le Béarn! cours, prestations,galas, stages, conférences…  Nathalie, qui gère l’association avec moi et qui en est la directrice artistique  a crée la compagnie Al Sharkiat  en 2005. Cette Compagnie, composée de  danseuses d’un très haut niveau se produit en spectacle pour diverses manifestations culturelles (festivals, soirées etc…)

En recherche musicale permanente, attentive aux nouveaux courants et à la qualité musicale, je personnalise mon enseignement et mon approche de la danse selon les élèves, considérant cette pratique comme un moyen d’expression pour chacune d’entre elles, sur tous les plans, les réconciliant avec leur corps et leur permettant de devenir canal d’énergie…